Montréal Noir

 

Montréal-Nord ou Noir? C’est la blague du quartier.J’ai passé tout mon enfance dans ce quartier, des années années 90 à 2005 et je l’ai souvent entendue. Il y a beaucoup d’ Haïtiens à Montréal-Nord , bien que ça change avec l’immigration arabe.

Parait’il les premiers immigrants étaient des italiens et biens sur quand les haïtiens ont commencé à être plus nombreux , ils ont déménagé et sont partis un peu plus loin pas trop loin mais assez pour savoir que entre St-Léonard et Montréal-Nord, il y a le fossé culturel ,langue, ethnicité . Il suffit de comparer le prix d’un logement. Ce serait faux d’admettre qu’il y a pas de noir a St-Léonard, mais comme toujours dès que l’éducation augmente ou classe sociale d’un Haïtien change il déménage pour aller dans un quartier plus « safe″

Certains d’entre nous avons honte de dire que nous avons vécut à Montréal-Nord. Pourtant Montréal-Nord est-il plus dangereux qu’ Hochelaga, St-Henri où il y a des assistés sociaux et des drogués ou le centre -ville de Montréal, la place où tout se passe ( prostitution , crime , drogue)

Ma mère a acheté sa maison à Montréal-Nord car elle se sent à l’aise et comme elle dit souvent quand elle voit un jeune avec un « pantalon baissé″ , » tet tréssé″ ou « kap fumen ″, ce n’est pas ce qui la fait peur. Elle a beaucoup plus peur d’un prostitué (e) au centre -ville ou d’un drogué qui veut la voler. Elle trouve de tout dans son quartier ; nourriture haïtienne, soins pour cheveux  afros, amis haïtiens.

Et elle le dit souvent : ™«ces gens là je les connais, je les ai  vu grandir et malgré les stéréotypes que l’on voit à la télé, dans les médias; ils ne me feront jamais de mal .»

 

 

Discrimination ou illusion?

Je vais vous parler d’un sujet assez délicat qui est la discrimination au travail.

Le travail est primordial et c’est ce qui nous permet de faire de l’argent , d’évoluer et surtout de changer notre situation économique. Plusieurs  immigrants en laissant leur pays d’origine viennent dans un nouveau pays en espérant une nouvelle vie avec plus d’opportunités. Pourtant il y a des barrière face à l’emploi pour les immigrants.

Il y a plusieurs exemples de test  avec des natif et des immigrants  et celui  ou celle avec un nom à connotation africain , musulman a deux fois moins de retour d’appel. Il y a malheureusement des chiffres à l’appuie qui montre qu’un immigrants a deux fois plus de chance d’être au chômage qu’un natif du Québec : 13% contre 7%. Là où le bas blesse c’est qu’en sachant que les immigrants ont un taux de diplomation universitaire  d’environ 46% et mêmes les enfants d’immigrants nés au Québec ont aussi des difficultés.

En tant qu’immigrante venue au Québec pendant mon enfance  et ayant fait mon primaire,secondaire , collégiale au Québec je subit cette discrimination et quand je regarde autour de moi , je ne suis pas la seule.

Je ne veux pas juste pointer le problème et trouver des solutions mais après deux générations où sont les progrès?