Féminité en 2016:struggle d’une classy lady

Belle, douce, élégante,délicate,fragile, sensible. Ce sont plusieurs mots qui caractérise la féminité, par contre elle ne se résume pas juste à l’aspect physique ou la parure. Oui , il y a la façon de paraître , de parler, la relation qu’on entretient avec les autres, la façon d’être et de penser .

Il y a une contre discourt dans la société à laquelle on vit. On demande aux femmes d’être une femme forte , de délaisser les caractéristiques féminines, d’adhérer  à la masculinité , à la virilité.L’idée de la femme forte est mise en avant de nos jours puisque féminine, égale faiblesse . Etre féminine est démodé, celle qui est douce, fragile est considérée idiote. Je comprends que l’on brise des barrières et une femme est aussi intelligente et capable qu’un homme. Nous avons des importunités qui ne sont pas juste réservées aux hommes. Nous devons pas avoir des préjugés envers les femmes indépendante , ni contre celles qui sont plus féminines.

Je ne comprend pas p le « backlash″ des gens quand une femme décide de choisir de s’occuper de sa famille et renoncer à sa carrière, d’être plus » old school″ face à sa relation avec les hommes, ou les gens de son entourage,de vouloir faire des choses de filles, de laisser son conjoint être le leader. Laissez les femmes choisir ce qu’elle veulent être , comment elles veulent être. De nature certaines femmes sont plus » girly″ , d’autres sont plus garçons manqués. N’oubliez pas qu’on peut être indépendante et féminine ; seulement un des deux caractéristique va plus et/ou mieux ressortir dépendamment de qui l’on est. L’être humain est complexe et non simple.

Et pourtant,

Dans la majorité des relations amoureuses, la féminité est ce qui  attire un homme et la virilité est ce qui attire une femme. Ne devrons nous pas considérer ces deux caractéristiques comme le Ying et le Yang.

 

Résultats de recherche d'images pour « yin yang »

 

 

 

 

 

Campagnarde à mes heures

Salut  les amis, comment allez vous ?

Après la période des déménagements et la rentrée des classes, j’aimerai vous parler de ma relation avec la ville versus la campagne.

Présentement j’habite en banlieue , en périphérie de la grande région métropolitaine , par contre ce n’est pas que je n’aime pas les villages ou les campagnes, mais plutôt depuis que je suis petite j’habite en  ville.

Au Québec plus de 70% des immigrants vivent à Montréal. Ce qui veut dire que les communautés culturelles restent en ville et habitent moins en campagne ou dans les villages. Souvent en immigrants on veut rester près de la famille et de notre communauté. Et le bassin d’emploi est plus important en ville.

ville mtl

Cela veut-il dire que je n’aime pas la campagne ou les petits villages , loin de là. Au contraire j’aime la nature , les fleurs , la flore, l’eau et aussi la tranquillité et  les relations plus cordiale et sincère avec les gens.

village qbc

Je me dis souvent qu’un jour  quitterais la ville pour de bon , mais quand ?

Ça seul l’avenir nous le dira.

Et vous ? Etes-vous plus ville ou campagne?

 

 

Préjugés sur les cheveux crépus

Les cheveux naturels ou « tet grèn″ est la nouvelle tendance au seins de la communauté haitienne. De plus en plus de jeunes femmes noires gardent leur cheveux crépus. Pourtant les préjugés sont là et ne veulent pas disparaître.

« Tet ou tro  grèn″ , « tet ou lèd″ sont souvent les termes utilisés au sein de notre communauté.Pour certains, pour laisser nos cheveux naturels nous devons avoir une certaine texture, une certaine longueur. Cela pousse plusieurs personnes à mettre du texturiser, acheter plusieurs crèmes pour avoir  des boucles ou bien toujours porter des tresses ou des greffes .

Ce n’est pas normale que mes collègues non noires sont ceux qui me donnent des compliments sur mes cheveux quand ils sont crépus. Les noires vont dire que les cheveux crépus ne sont pas professionnels, cela va nous empêcher de trouver un emploi, un compagnon, etc. Les commentaires négatifs viennent souvent des adultes plus vieux , mais il y a encore des jeunes qui pensent de la même façon.

Il y a aucun mal a avoir  avoir ses cheveux défrisés,des tresses , des greffes ou porter des perruques, plusieurs de ses choses-là sont des accessoires et tout le monde a le droit de faire ce qu’il veut avec ses cheveux . Nous sommes des femmes et tous les produits ou accessoires pour rehausser notre beauté peuvent  être utilisés. Par contre ce n’est pas normal qu’il y a un si petit nombre de femmes noires avec ses cheveux crépus .

Nous devons nous réapproprier notre négritude et nous aimer telle que l’on est.

 

 

Montréal Noir

 

Montréal-Nord ou Noir? C’est la blague du quartier.J’ai passé tout mon enfance dans ce quartier, des années années 90 à 2005 et je l’ai souvent entendue. Il y a beaucoup d’ Haïtiens à Montréal-Nord , bien que ça change avec l’immigration arabe.

Parait’il les premiers immigrants étaient des italiens et biens sur quand les haïtiens ont commencé à être plus nombreux , ils ont déménagé et sont partis un peu plus loin pas trop loin mais assez pour savoir que entre St-Léonard et Montréal-Nord, il y a le fossé culturel ,langue, ethnicité . Il suffit de comparer le prix d’un logement. Ce serait faux d’admettre qu’il y a pas de noir a St-Léonard, mais comme toujours dès que l’éducation augmente ou classe sociale d’un Haïtien change il déménage pour aller dans un quartier plus « safe″

Certains d’entre nous avons honte de dire que nous avons vécut à Montréal-Nord. Pourtant Montréal-Nord est-il plus dangereux qu’ Hochelaga, St-Henri où il y a des assistés sociaux et des drogués ou le centre -ville de Montréal, la place où tout se passe ( prostitution , crime , drogue)

Ma mère a acheté sa maison à Montréal-Nord car elle se sent à l’aise et comme elle dit souvent quand elle voit un jeune avec un « pantalon baissé″ , » tet tréssé″ ou « kap fumen ″, ce n’est pas ce qui la fait peur. Elle a beaucoup plus peur d’un prostitué (e) au centre -ville ou d’un drogué qui veut la voler. Elle trouve de tout dans son quartier ; nourriture haïtienne, soins pour cheveux  afros, amis haïtiens.

Et elle le dit souvent : ™«ces gens là je les connais, je les ai  vu grandir et malgré les stéréotypes que l’on voit à la télé, dans les médias; ils ne me feront jamais de mal .»

 

 

Discrimination ou illusion?

Je vais vous parler d’un sujet assez délicat qui est la discrimination au travail.

Le travail est primordial et c’est ce qui nous permet de faire de l’argent , d’évoluer et surtout de changer notre situation économique. Plusieurs  immigrants en laissant leur pays d’origine viennent dans un nouveau pays en espérant une nouvelle vie avec plus d’opportunités. Pourtant il y a des barrière face à l’emploi pour les immigrants.

Il y a plusieurs exemples de test  avec des natif et des immigrants  et celui  ou celle avec un nom à connotation africain , musulman a deux fois moins de retour d’appel. Il y a malheureusement des chiffres à l’appuie qui montre qu’un immigrants a deux fois plus de chance d’être au chômage qu’un natif du Québec : 13% contre 7%. Là où le bas blesse c’est qu’en sachant que les immigrants ont un taux de diplomation universitaire  d’environ 46% et mêmes les enfants d’immigrants nés au Québec ont aussi des difficultés.

En tant qu’immigrante venue au Québec pendant mon enfance  et ayant fait mon primaire,secondaire , collégiale au Québec je subit cette discrimination et quand je regarde autour de moi , je ne suis pas la seule.

Je ne veux pas juste pointer le problème et trouver des solutions mais après deux générations où sont les progrès?